Accueil > Avant l'adoption > Délai avant un projet d'adoption

Délai avant un projet d'adoption

Au Québec, un projet d’adoption ne peut être entrepris en même temps qu’un autre projet d’adoption, que le pays visé diffère ou non. De même, un projet d’adoption internationale ne peut être entrepris en même temps qu’un projet d’adoption au Québec. 

Dans l’intérêt des enfants visés et celui de leurs familles, un délai minimal de 12 mois doit s’écouler entre 2 projets d’adoption. Ce délai s’applique également suivant la naissance d’un enfant biologique.

Certains pays d’origine exigent d’ailleurs de l’adoptant qu’il n’entreprenne qu’un seul projet d’adoption à la fois, qu’il soit international ou national.

De première importance pour tous les acteurs, ce délai sert à:

  • favoriser l’intégration de l’enfant;
  • permettre aux adoptants d’offrir la disponibilité physique et affective nécessaire à l’enfant;
  • permettre aux adoptants de s’adapter à leur nouveau rôle;
  • baliser les projets des adoptants.

Une période d’adaptation et d’attachement nécessaire

Les expériences cliniques et les données recueillies par les intervenants en adoption démontrent que l’intégration d’un 2e enfant dans une nouvelle famille dans un délai rapproché ne permet pas à l’un des enfants de s’adapter à son nouvel environnement et de développer le lien d’attachement nécessaire. 

L’adoption est une opportunité de donner à un enfant un ancrage dans sa nouvelle vie par le développement d’un lien d’attachement avec les adoptants. Pour ce faire, il est indispensable pour l’enfant de s’intégrer à sa nouvelle famille et de se créer de nouveaux repères. 

Pour y arriver, l’enfant a besoin d’une période suffisante au cours de laquelle il peut se sécuriser, s’adapter à son nouveau milieu et en saisir le fonctionnement, particulièrement en ce qui touche :

  • les habitudes de vie;
  • les règles;
  • la culture;
  • la nourriture. 

Les parents ont aussi besoin de cette période pour développer avec l’enfant des liens porteurs de sens.

Les besoins physiques et psychologiques d’un enfant nouvellement arrivé sont multiples. Le défi d’adaptation de l’enfant et de ses parents nécessite disponibilité, attention et sensibilité, ce que fragiliserait la poursuite simultanée de plus d’un projet d’adoption.